Les ultrats de la violence gagnent du terrain...

 20/05/2009

Match perdu contre les hooligans

La Suisse ne sait plus comment enrayer l'explosion de bêtise des fans violents

15 blessés, des dizaines de milliers de francs de dégâts. C'est le score du match Zurich - Bâle de dimanche. Presque une habitude. Car chaque week-end la Suisse perd la guerre contre le hooliganisme.

En 2007 la Confédération était pourtant sûre d'avoir trouvé la parade à cette violence. Fichage des fans dangereux (base de données «Hoogan»), interdictions de périmètre ou gardes à vue préventives, tout un arsenal juridique était mis en place. Pour quel résultat? «Je me pose la question», avoue Christophe Jaccoud, sociologue du sport à l'Uni de Neuchâtel. Pour lui, si la loi est bien faite, l'application laisse sans doute à désirer: «En principe, elle devrait empêcher de tels événements.»

Thomas Busset, spécialiste du hooliganisme, estime aussi que fichage et interdiction de stades ne suffisent pas: «La majorité des bagarres a désormais lieu à l'extérieur des stades. Ce week-end, une bagarre à Fribourg a même montré que la violence contamine les ligues inférieures.» Selon le sociologue, les clubs sont trop dépendants de leurs fans violents pour que les choses bougent. «Les équipes rechignent à se séparer d'eux. Ils paient leur place et amènent de l'ambiance.»

«La sécurité des clubs fait ce qu'elle peut, assure Christian Python, de la commission de sécurité de la Swiss Football League. Mais des hordes de fans agressifs nous empêchent parfois de refouler les personnes interdites de stade.»

La situation semble insoluble. «Je l'avais prédit quand la Suisse a introduit «Hoogan», relève le conseiller aux Etats Alain Berset. Le tout sécuritaire n'a rien amélioré. Il faut maintenant que le Conseil fédéral s'active.»

Gross agressé

Coups de pied, crachat et jet de bouteille: c'est le sort qui a été réservé à Christian Gross, entraîneur du FC Bâle, alors qu'il se rendait en tram à un rendez-vous privé en ville de Zurich à l'issue du match, selon l'«Aargauer Zeitung». D'autres fans zurichois ont réussi à le protéger.

Raphaël Pomey - le 18 mai 2009, 21h42
Le Matin Bleu