La Suisse est le paradis pour les braqueurs, selon un repenti

La prison de Porrentruy est "plutôt un hôtel fermé", selon Miki.

Un braqueur repenti se confie Info / 10 min. /

Le 28 août 2015 Des banques et des bijouteries mal protégées, une justice relativement souple: la Suisse était "un choix logique pour me défaucher", a confié à la RTS un braqueur repenti associé aux Pink Panthers. De retour des Etats-Unis endetté en raison de sa dépendance au jeu, Miki décide de procéder à des braquages en Suisse. Il attaque le bureau de la Banque cantonale vaudoise de Crissier, puis recommence "car j'avais été tellement bien servi la première fois", explique-t-il dans une interview accordée à Mise au Point.

 

 

Après le braquage d'une bijouterie dans le Jura, il se fait appréhender avec des complices. Il est mis en prison, qui "'était plutôt un hôtel fermé", a précisé l'ancien criminel, qui a déjà été incarcéré en France, en Autriche et en Italie. La Suisse, un "jardin d'enfants" Repérant que les gardiens "sont habillés en vêtements civils" et qu'un trousseau de clé permet "d'ouvrir toutes les portes", il parvient à s'évader avec l'aide d'un complice. En prison, Miki rencontre des ressortissants des pays de l'Est, qui perçoivent la Suisse "comme un jardin d'enfants pour faire ses armes". Selon lui, si la Confédération ne durcit pas sa législation, le nombre de braquages va augmenter.

Voir l'article >>